Un deal pas très catholique : résumé et inspirations

https://www.sophielimromans.com/p/le-roman-un-deal-pas-tres-catholique.html


Résumé


Julie, élève de terminale de 18 ans, travaille secrètement comme serveuse dans un club de strip-tease. Théodore, un garçon de son lycée beau mais sadique, s’y rend un soir avec un ami. Pour s’amuser, il se montre entreprenant et tactile avec elle, sans se rappeler qu’il l’insulte régulièrement lorsqu’il la percute avec son skate ou ses rollers dans les couloirs de l’école.

Pour l’éconduire, Julie lui donne un faux nom et un faux numéro de téléphone, ce qu’il ne tarde pas à découvrir. Pour se venger et éviter un mariage arrangé avec Alix, une fille de sa classe qu’il utilise comme sex friend à côté de ses conquêtes, Théodore va proposer à Julie un deal difficile à refuser : il taira son secret si elle accepte de se faire passer pour sa fiancée…

Une romance mêlant humour et coups bas et qui s’inscrit dans la lignée des shojos matures avec sa part d’érotisme.

https://www.sophielimromans.com/p/le-roman-un-deal-pas-tres-catholique.html

Un deal pas très catholique est mon premier roman. Durant l'été 2018, je cherchais des romances originales qui changeraient de la chick-lit. N'ayant pas trouvé ce qui me plaisait dans les rayons, j'ai donc décidé d'écrire mes propres histoires d'amour à la japonaise avec des héros qui n'ont rien du prince charmant de prime abord. Pour bâtir ma première romance, j'ai dû puiser mon inspiration dans pas mal de choses...

Le lycée de la Félicité


À l'instar du William Palace et du Dolly Birdle lycée de la Félicité n'existe pas. C'est un lieu fictif que j'ai imaginé à partir de vieux souvenirs, pas toujours bien vécus. Pour décrire le cadre, je me suis inspirée de l'établissement privé catholique où j'ai suivi ma scolarité à partir du CM1. C'était une école élitiste qui faisait primaire, collège et lycée.

J'ai décidé de situer le lycée de la Félicité près de la Place du Panthéon, un coin plébiscité par les étudiants.

Le personnage de Théodore


Comme je l'ai mentionné dans l'article qui lui est consacré, Théodore est, sur le plan physique, un mélange entre l'acteur Alex Pettyfer et Kyouya Sata, le héros de Wolf Girl and Black Prince.

Quant au caractère du personnage, j'ai une fois de plus été inspirée par Kyouya Sata mais également par Chiaki Kira, l'un des protagonistes du jeu Amour endiablé, un otome game de l'entreprise nippone Arithmetic. Après avoir débuté mon roman, je me suis aperçue que le caractère de mon héros avait également des points communs avec Takumi Asuma, l'un des personnages de Romance hors-caméra, une histoire issue de la bibliothèque interactive Honey Magazine, une application cette fois-ci développée par l'entreprise japonaise Okko.

J'ai emprunté à Kyouya Sata son sadisme et sa fierté. Concernant Chiaki Kira, c'est son côté égocentrique, autoritaire et maladroit qui m'a donné l'idée de créer un personnage dans la même veine, embrigadant ainsi la charmante héroïne dans une histoire de faux couple. J'ai ensuite découvert que Théodore présentait quelques similitudes avec Takumi Asuma pour sa langue acérée et son caractère odieux.

https://www.sophielimromans.com/p/le-roman-un-deal-pas-tres-catholique.html

Le personnage de Julie


J'ai inventé le personnage de Julie en me référant physiquement à une fille qui avait fait une partie de ses études avec moi. Elle avait de longs cheveux châtains bien soyeux et des yeux noisette mais elle avait aussi la taille mannequin. Or, mon héroïne est un petit bout de femme.

Du point de vue du caractère, elle est l'antithèse de Théodore. Franche et sérieuse, elle a un caractère bien trempé et a même du mal à se laisser aller. Toujours sur ses gardes, elle réagit parfois comme l'héroïne du shojo Kaichou wa Maid-Sama ! (Maid-Sama !)

Au fil des pages, on s'aperçoit que Julie est gourmande et qu'elle ne dit pas non à une bonne pâtisserie. En réalité, ses péchés mignons ne sont que le reflet de mes propres envies culinaires. Tout comme moi, c'est une grande fan de macarons et de cupcakes mais contrairement à moi, elle fait partie de ces personnes chanceuses qui ne prennent pas un gramme en cas d'excès.

Un roman dans lequel les opposés s'attirent


Dans Un deal pas très catholique, les opposés s'attirent mais pas seulement dans le domaine amoureux. Les protagonistes nouent des liens d'amitié avec des personnes qui n'ont rien à voir avec eux.

Julie a pour meilleure amie Laetitia, fêtarde et très portée sur les choses de l'amour, alors qu'elle est casanière et méfiante sur le plan sentimental. Théodore s'entend bien avec Corentin qui est sage et d'une nature plutôt discrète.

Les complots fomentés par les méchants de l'histoire


J'ai imaginé les complots et les traits de caractère des méchants de l'histoire en me fondant surtout sur les shojos matures et les soap operas que regardait ma mère quand j'étais gamine, comme Côte Ouest, Dallas et Les Feux de l'amour, mais j'ai également été inspirée par les teen movies et les telenovelas dans lesquelles il y a à chaque fois des coups bas invraisemblables.

Si je devais résumer, je dirais que le roman Un deal pas très catholique est régi par le mot "manipulation".