À la découverte de la jolie Julie au caractère bien trempé

https://www.sophielimromans.com/2019/04/julie-un-deal-pas-tres-catholique.html

Julie, l'héroïne du roman Un deal pas très catholique, fait partie des rares filles à ne pas se laisser avoir par le joli minois de Théodore. D'un naturel sérieux, elle n'aime pas se faire remarquer et déteste ceux qui se croient tout permis. Ayant perdu son père assez jeune, c'est une battante qui a du répondant mais qui a aussi du mal à se laisser aller.

Comme je l'ai expliqué sur ma page consacrée aux inspirations du roman, j'ai imaginé une héroïne avec des cheveux longs et raides de couleur noisette, en référence à l'une de mes camarades de promo dont on vantait le côté studieux.

Sur le plan de la personnalité, j'ai pioché dans les shojos, en veillant à ce que Julie n'ait pas l'air d'une cruche. Celle-ci possède donc des traits de caractère proches de ceux de Mizaki Ayuzawa dans Maid Sama ! mais également de ceux de Rina, la rouquine du manga Bye Bye Liberty.

À l'instar de Théodore, j'ai cru bon de créer un chibi Julie en mode sourire.

Informations générales sur Julie


  • Âge au début du roman : 18 ans
  • Signe astrologique : gémeaux
  • Née le 6 juin
  • N'aime pas : la méchanceté gratuite, le manque de respect, l'injustice, les personnes imbues d'elles-mêmes
  • Aime : la simplicité, se cultiver, la franchise

La personnalité de Julie


D'un naturel réfléchi et bourrée de principes, Julie pèse le pour et le contre en toutes circonstances, ce qui la rend d'autant plus pudique en amour. Pour notre héroïne, la morale passe avant tout, ce qui l'exhorte à nier ses propres sentiments lorsqu'elle juge que ceux-ci n'ont rien d'éthique.

On découvre également chez elle un petit côté têtu et capricieux qui s'exprime surtout à l'égard de Théodore, notamment lors de leur escapade à Londres.

Enfin, Julie est quelqu'un d'ambitieux et de courageux qui connaît mieux que personne les difficultés de la vie. Contrairement à ses camarades, elle a un petit boulot en dehors du lycée.

Les réticences de Julie vis-à-vis de l'amour


Très manichéenne dans sa façon d'être, Julie ne voit pas les choses en gris mais en noir et en blanc, avec une nette séparation entre le bien et le mal. Ainsi, elle aborde l'amour comme elle appréhenderait un examen ou un concours, en évaluant le taux d'échec ou de réussite avant de se lancer.

Sa peur de souffrir et d'offrir son cœur à un homme qui n'en vaut pas la peine, la rend agaçante mais aussi très attirante aux yeux de Théodore qui voit en elle un défi. Le challenge, qu'il pensait si amusant au début, ne va pas être de tout repos pour lui, l'incitant à se poser des questions qui ne lui avaient jamais traversé l'esprit auparavant...

Poursuivre la lecture...